Blog

admission post bac
Admission post bac, c’était vraiment mieux avant ?
4.2 (83%) 40 votes

Admission post bac, c’était vraiment mieux avant ?

Avant la mise en place de la plateforme d’orientation Parcoursup, les lycéens devaient passer par un autre système d’affiliation similaire. Vous avez peut-être connu Admission post bac si vous étiez un élève de terminale entre 2002 et 2017. Plus communément appelé APB, le site internet a été vivement critiqué avant d’être remplacé par Parcoursup. Pour un meilleur résultat ?

Admission post bac, qu’est-ce que c’est ?

Officiellement créé en 2002 afin de digitaliser l’orientation et remplacer la longue et coûteuse procédure papier, le site Admission post bac (APB) est l’ancienne méthode d’affectation post-bac utilisé par le ministère de l’Education nationale. Dédiée aux lycéens en classe de terminale puis aux étudiants en reconversion, la plateforme permettait à l’origine de s’inscrire dans une classe préparatoire. Par la suite, des académies ont demandé à l’étendre à tout le territoire pour leurs futurs bacheliers. C’est chose faite sept ans plus tard, en 2009. A l’époque, les prochains étudiants pouvaient déposer jusqu’à 24 candidatures – autrement appelées des vœux comme aujourd’hui sur Parcoursup. Les élèves inscrits sur Admission post bac entraient leurs souhaits par ordre de préférence avant d’obtenir une réponse des établissements visés juste avant de passer l’inévitable baccalauréat. Ça ne vous rappelle rien ?

Une plateforme d’orientation critiquée

Pourtant, l’aventure d’Admission post bac n’aura duré que huit petites années parsemées de réussites et d’échecs. Bien que jugée utile par les professionnels de l’enseignement supérieur, la plate forme n’aura pas convaincu. Surtout lors de sa dernière année d’existence. A l’été 2017, près de 150 000 lycéens se sont retrouvés sur le carreau sans proposition pour la rentrée. Et, seuls 61% des inscrits avaient eu la formation placée en pôle de leur hiérarchisation des vœux. Le retentissant scandale était revenu jusqu’aux oreilles de la ministre de l’Enseignement supérieur qui a rapidement anticipé la fin de la procédure. « La plateforme APB, telle que nous la connaissons, ce sera terminé l’an prochain », expliquait Frédérique Vidal pour répondre aux critiques. C’est surtout l’algorithme cachée derrière Admission post bac qui était pointé du doigt. Reconnue non conforme à la loi, la méthode d’affectation était décrite comme discriminatoire par des étudiants qui souhaitaient plus de transparence.

« La plateforme Admission Post Bac, telle que nous la connaissons, ce sera terminé l’an prochain », Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, en septembre 2017.

Qu’a changé Parcoursup ?

Pour pallier les carences d’Admission post bac, la procédure Parcoursup a été lancée il y a un an, le 15 janvier 2018. Le dispositif avait pour objectif d’aider les futurs bacheliers à mieux choisir leur orientation. Il s’agissait également de mettre fin au tirage au sort constaté sur la plateforme APB. En pratique, les différences entre Admission post bac et Parcoursup entendent simplifier la vie des lycéens.

  1. Moins de vœux à formuler
  2. Une seule phase d’admission clarifiée
  3. Davantage d’offres de formation
  4. Plus d’accompagnement au lycée

Moins de vœux à formuler

Sur ABP, les candidats pouvaient formuler jusqu’à vingt-quatre vœux. Rares sont les candidats qui remplissaient tous les champs vides, à l’exception de ceux perdus face à leur avenir qui voulaient mettre toutes les chances de leurs côtés. Pour éviter ce micmac de souhaits, Parcoursup a ramené à dix le nombre de vœux formulables. Aujourd’hui, ces derniers n’ont pas l’obligation d’être classés par ordre de préférence.

Une seule phase d’admission clarifiée

L’ancienne procédure d’Admission post bac permettait d’avoir jusqu’à trois phases d’admission très courtes (entre 4 à 5 jours) qui perdaient les lycéens. Le site Parcoursup est aujourd’hui doté d’une seule phase d’admission principale. Avant cela, les futurs étudiants doivent s’inscrire sur le site internet, formuler leurs vœux et les confirmer sous quinze jours. Une phase complémentaire est possible pour les lycéens qui n’ont reçu aucune proposition en formulant de nouveaux vœux auprès d’un établissement disposant encore de places après la première phase.

Davantage d’offres de formation

Admission post bac affichait un nombre de formations limité. Pour répondre à la demande, depuis le 20 décembre dernier, le ministère de l’Enseignement a ouvert Parcoursup à de nouveaux cursus comme les Instituts de formation en soins infirmiers (IFSI) et les Instituts régionaux de travail social (IRTS). En tout, ce sont plus de 14 000 formations universitaires aujourd’hui disponibles sur la plateforme.

Plus d’accompagnement au lycée

Il arrivait que les élèves de terminale soient complètement perdus devant la procédure Admission post bac. Au lycée, le conseil de classe aura un rôle plus important concernant l’orientation. Le premier conseil émettra des recommandations et le second analysera les vœux de l’élève. De plus, deux professeurs sont chargés de suivre le futur bachelier et l’aider à choisir son avenir. Le site internet de Parcoursup a aussi été revisité. Les étapes et les dates-clés sont désormais largement mises en avant.

Découvrez le calendrier des prochains salons étudiants en ligne sur MonSalonEtudiant.com.

Un an plus tard, force est de constater que Parcoursup n’a pas répondu à toutes les attentes placées dans le remplaçant d’Admission post bac. La première année a entraîné des retards et des étudiants laissés-pour-compte. En 2019, les ajustement apportés devront renforcer l’orientation des lycéens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *