Blog
Classement école de commerce
Classement des Écoles de Commerce | Tout ce qu’il Faut Savoir
5 (100%) 1 vote

Classement des Écoles de Commerce | Tout ce qu’il Faut Savoir

🕒 Lecture 4 minutes

À la recherche d’une école de commerce en 2019 faite pour vous ou pour votre enfant ? Vous avez peut-être consulté un nombre interminable de classements des écoles de commerce publiés sur le web, mais sans vraiment pouvoir en tirer des informations utiles. Pas de panique, le but de cet article est de vous proposer des critères objectifs pour améliorer votre choix d’orientations post-bac ou post-prépa. L’occasion également de démythifier quelque peu les classements des écoles de commerce.

Classement des écoles de commerce : les critères pour faire LE bon choix

Performance académique

Jugé l’excellence académique d’une école de commerce à Paris ou en province, c’est d’abord, vous assurer qu’elle soit bien reconnue par l’État. C’est clairement un gage de qualité, car elle doit rendre des comptes auprès du Ministère de l’Enseignement supérieur. C’est en cela que les classements des écoles de commerce peuvent être un gain de temps dans vos démarches, parce qu’ils répertorient le statut des établissements. Vous pourrez ainsi savoir si la « business school » que vous convoitez :

  •  accueille des boursiers ;
  •  délivre des diplômes visés dans le cadre d’une formation ;
  •  possède un grade de master et donc fortement engagée dans la recherche et la spécialisation.

À signaler : les deux derniers points ci-dessus sont d’autant plus capitaux du fait que les recruteurs leur donnent une grande importance, davantage que le rang attribué à un établissement dans un classement des « tops-écoles ».

Parmi les autres éléments que le classement 2019 prend en compte, le niveau de la recherche. Il s’estime par le nombre et la qualité des publications réalisées par les professeurs et les chercheurs. Elles participent à la réputation des meilleures écoles de commerce 2019. La moyenne au BAC des étudiants admis — très souvent avec « mention » — est aussi un autre outil de mesure de la performance académique.

Ouverture internationale

Passage obligé des étudiants lors de leur 3e année Bachelor ou en Master, le semestre à l’étranger est devenu une norme pour la majorité des écoles de commerce après le BAC. À juste titre d’ailleurs, puisque tous les élèves souhaitent voir d’autres horizons. C’est en ce sens que le classement des écoles de commerce l’Étudiant 2019 donne plusieurs clés afin de jauger l’attractivité de votre potentielle école en matière d’excellence à l’international :

  • durée minimale de 4 mois (1 semestre) à 1 an en échange académique ;
  • nombre d’établissements/universités partenaires à travers le monde ;
  • rayonnement mondial par le biais des classements internationaux du Financial times, QS, et Shanghai.

Proximité avec les entreprises

Ce critère est probablement le moins simple à prendre en compte dans une démarche d’orientation post-bac ou post-prépa. Il est pourtant essentiel pour intégrer le marché du travail sereinement. Il est donc recommandé de se renseigner sur :

  •  le pourcentage d’élèves en contrat d’apprentissage. L’alternance est en principe à partir de la 3ème année   d’étude, sauf pour les écoles qui la proposent en début de cursus ;
  •  le nombre d’élèves en alternance ;
  •  la durée moyenne des stages hors alternance.

Pour ce qui est du réseau d’entreprises, il vous sera utile de vous informer sur les participants forums-entreprises en vérifiant combien d’entre eux sont présents dans le top 50 Universum et dans le top 25 LinkedIn.

Astuce : prenez le temps de consulter LinkedIn dans le but de jauger la qualité du réseau des anciens élèves : perspectives d’emploi, salaires, entrepreneurs, apparitions médias/presse, etc.

Finalement, pour un meilleur parcours post-bac et de nombreux débouchés après l’obtention de votre diplôme, votre atout est d’enquêter sur la meilleure école de commerce qui VOUS correspond.

Pour trouver des réponses à vos questions,

rejoignez Mon Salon Étudiant 100 % digital.

Classer les « business schools » : vraiment pertinent ?

Se limiter aux contenus des classements des grandes écoles peut s’avérer contre-productif. En effet, les déclarations de ces dernières ne se révèlent pas toujours fiables, en particulier sur la question des salaires de sortie. D’où l’importance de prendre du recul sur les classements des écoles de commerce en France.

L’insertion professionnelle des diplômés : la grande absente ?

Hormis le classement des écoles de commerce du Financial times, rares sont les classements qui se prononcent sur le niveau d’intégration professionnelle post-diplôme. Rien d’étonnant, étant donné le manque de transparence de certaines « business schools » qui rechignent à partager leurs données.

Or, ces informations sont primordiales que l’on soit étudiant ou parent. Pourquoi ? Tout simplement, car les études dans une école de commerce ont un prix considérable : comptez entre 35 000 et 45 000 € pour un cursus Bachelor (3 ans) et Master (5 ans). Vous comprenez désormais en quoi, il est nécessaire de s’intéresser au taux de diplômés insérés dans la vie active dans les trois mois après la validation de leurs acquis.

C’est pourquoi certaines voix comme Jean-Michel Huet (professeur vacataire à HEC, Télécom Paris, Esiea, RMS) prônent un classement professionnel des écoles de commerce. Selon lui, la grande oubliée des classements des écoles de commerce est la valorisation professionnelle pour chaque école. Il conseille donc aux futurs élèves de se projeter trois ou cinq ans après l’obtention du fameux sésame. L’idée est d’augmenter leurs chances de toucher un salaire moyen de sortie à la hauteur du lourd investissement déployé pour financer des études dans une grande école.

Trop de classements pour si peu de clarté

Les classements des écoles de commerce 2018 ont le vent en poupe sur internet : L’étudiant, Le Figaro, Le Parisien, Challenge, etc. À peu de choses près, ils sont quasi identiques, c’est ce que révèle un rapport de la Fnege (Fondation Nationale pour l’Enseignement de la Gestion des Entreprises). D’après cette institution, l’intérêt que portent les grandes écoles aux classements des écoles de commerce post-bac ou post-prépa empêche l’innovation de l’enseignement et de la pédagogie.

Bon à savoir : étude LinkedIn de 2016 auprès de 16 000 DRH (1200 répondants) qui ont répondu à la question suivante : « Pour le recrutement des cadres, faites-vous une distinction entre les différentes écoles de commerce ? ». 85 % des interrogés confirment ne pas faire de distinction entre ces établissements.

Et si le classement SIGEM était la solution ?

C’est fort possible, mais voyons d’abord ce qu’est le SIGEM :

« La procédure SIGEM permet aux candidats aux grandes écoles de management des concours BCE et Ecricome par la voie des classes préparatoires d’enregistrer leurs préférences d’intégration et de connaître leur affectation finale à l’issue des épreuves orales. » (source : SIGEM.org)

À partir de ses statistiques, le SIGEM fournit des résultats officiels liés aux vœux des étudiants. Il publie son propre classement des écoles de commerce SIGEM, en voici le top 5 pour l’année 2018 :

  1.    HEC Paris
  2.    ESSEC Business School
  3.    ESCP Europe
  4.    Emlyon Business School
  5.    EDHEC Business School

Il vaut mieux garder à l’esprit que les classements des écoles françaises de commerce sont le plus souvent abstraits et subjectifs. C’est ainsi qu’il est conseillé aux futurs élèves de faire le point sur leurs attentes, d’en discuter avec des professionnels de l’orientation en salon physique et pourquoi pas avec Mon Salon Étudiant en direct de chez vous !

 

One Comment

  1. alex chevolleau

    Bonjours je suis actuellement admis à ESSCA, EM Normandie et à NEOMA. Je rencontre des difficultés pour choisir mon école j’aimerais avoir des avis afin de m’aider. Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *