Formations : tour d’horizon de l’enseignement supérieur

Accueil » Formations : tour d’horizon de l’enseignement supérieur

Notez cet article
Formations courtes ou longues ? À l’université ou dans une école spécialisée ? Vous vous posez sûrement énormément de questions sur le projet de formation ou professionnel à entreprendre selon votre profil. En effet, il est essentiel de s’informer au sujet des filières, concernant : leurs programmes ; l’organisation du travail ; la poursuite d’études ; et les débouchés. Retour sur les particularités de chaque formation et sur les possibilités qui s’offrent à vous.

Premier palier : bac +2

Envie de suivre une formation courte et qui ressemble à votre quotidien de lycéen sur quelques aspects ? Dans ce cas, il est possible qu’un BTS (Brevet de technicien supérieur) vous convienne. Il se prépare en 2 ans en lycée ou en école avec un rythme assez soutenu (une trentaine d’heures hebdomadaires à peu près, l’équivalent qu’au lycée). À mentionner également, que l’accès à un BTS est sélectif, d’où l’importance de réfléchir à sa formation post bac au plus tôt. Par ailleurs, les titulaires d’un bac pro ou technologique sont prioritaires. Pour en savoir davantage sur l’organisation des études en BTS ainsi que la poursuite d’études potentielle : vous en saurez plus sur cette formation résolument tournée vers le monde du travail juste ici.

Contrairement au BTS, les DUT (Diplôme universitaire de technologie) sont des formations rattachées à un établissement universitaire. Vous aurez ainsi accès la bibliothèque universitaire, au CROUS, et aux laboratoires de langues, entre autres. Il est à noter que l’encadrement pédagogique est renforcé et le rythme soutenu. Les bacheliers généraux y sont plus présents que les autres catégories. La procédure d’admission se déroule comme pour le BTS, sur Parcoursup. De même pour la durée des études qui est de 2 ans.

Pour ce qui est du DEUST (diplôme d’études universitaire scientifiques et techniques), il est aussi une formation universitaire de 2 ans et qui a la particularité d’être en adéquation avec les besoins des entreprises locales.

Férue d’art ? Le DMA (diplôme des métiers d’art) est peut-être fait pour vous. Il se prépare en 2 ans au sein de certains lycées et dans des écoles supérieures d’arts appliquées. Il est à signaler que le DMA sera supprimé à partir de 2020, remplacé par la licence DNMADE (Diplôme National des Métiers d’Art et du Design).

Deuxième palier : bac +3

Le Bachelor est un diplôme bac +3 très demandé par les étudiants et reconnu par les entreprises. Pour cause, il réunit à lui seul un certain nombre d’avantages : accès après le bac ; ouverture à l’international ; forte insertion professionnelle et poursuite d’études possible surtout dans les domaines du commerce et du marketing. Plus d’informations sur l’admission, le contenu des formations, et sur les débouchés en Bachelor.

Qu’est-ce la licence ? C’est le premier grade du système universitaire européen LMD. Elle représente les 3 premières années de l’aventure universitaire. Chaque année permet de se spécialiser davantage en vue d’un potentiel master. La licence se compose de 4 Unités de Formation et de Recherche (UFR) : Arts, Lettres, Langues | Droits, Économie et Gestion | Sciences humaines et sociales | Sciences, Technologies et Santé. Retour sur le grade de licence : admission, organisation des études, programmes, validation des acquis, etc.

Concernant la licence professionnelle, elle se déroule en une année dans le cadre universitaire, à la suite d’une formation courte (souvent un BTS/DUT), mais aussi après une L2. Elle est conçue avec des professionnels du domaine étudié et l’accès en est sélectif. L’objectif d’une licence professionnelle est d’approfondir des connaissances et des compétences professionnelles d’un métier spécifique. Les 176 mentions proposées gravitent autour du monde de l’entreprise.

Le DNTS (diplôme national de technologie spécialisé) est une année de formation après un BTS ou un DUT. Il s’apparente aujourd’hui davantage à une licence professionnelle dans la majorité des établissements qui préparent ce diplôme bac +3. Durant cette année complémentaire, l’étudiant alterne entre un savoir théorique et une forme de tutorat en entreprise. À noter qu’il reste que très peu d’établissements qui délivrent le DNTS, seulement pour de rares spécialités.

Troisième palier : bac +4

Depuis la réforme LMD, la maîtrise correspond à la 1ere année de master. Valider son master 1 permet de se présenter à certains concours de la fonction publique (comme en licence d’ailleurs), mais surtout, il est indispensable pour poursuivre ses études en master 2. La maîtrise ou le master 1 est l’année pivot entre les grades bac +3 et bac +5. Le master 1 se prépare essentiellement à l’université, mais aussi dans les écoles de commerce, d’ingénieurs, et en IEP (Institut d’Études Politique). Gardez à l’esprit que le master 1 ne sanctionne pas un diplôme. Néanmoins, il participe fortement à son obtention à la fin du master 2. À signaler également que le passage de la 1ere à la seconde année n’est pas automatique et très sélectif.

Quatrième palier : bac +5

Le master 2 clôt le grade de master et correspond à la 5e année d’études supérieures post bac. L’offre de formations en master est considérable et variée, elle avoisine les 7 000 en France. Comment faire son choix ? Le master peut se réaliser à l’université, mais aussi en écoles spécialisées (écoles de commerce, écoles d’ingénieurs, IEP, etc.) par le biais des admissions parallèles. De même qu’il est possible de le suivre dans une université étrangère, ce qui donnera encore plus de relief à votre CV. L’important est d’être au clair en ce qui concerne votre projet professionnel. Sur le marché du travail, le master professionnel est certainement l’un des diplômes les plus appréciés par les entreprises avec les formations courtes du type BTS et DUT. Dans le cas où vous souhaiteriez continuer votre cursus universitaire en doctorat, le master recherche est fait pour vous.

Et les écoles de commerce dans tout cela ? Eh bien, on peut dire qu’elles sont très prisées par les étudiants ainsi que par les entreprises, d’où la sélection « drastique » dans les grandes écoles. L’admission se déroule après le bac ou après une classe préparatoire. Toutefois, il est possible de rejoindre une école de commerce après un BTS ou un DUT via les admissions parallèles. Il existe pas moins de 150 écoles de commerce, mais comme vous vous en doutez, elles ne se valent pas toutes. Il est donc important de prendre en compte un certain nombre de critères afin d’éviter les mauvaises surprises : écoles reconnues par l’État ? ; prévoir des frais de scolarité non négligeable ; s’informer sur les palmarès… mais pas seulement. Voyons ensemble plus en détail ce qui vous attend en école de commerce.

Êtes-vous plutôt écoles d’ingénieurs ? Vous n’êtes pas seul dans ce cas, chaque année plus de 40 000 étudiants suivent une formation dans une école d’ingénieurs. C’est que ce cursus a de quoi attirer l’attention : un enseignement à visée professionnelle, mais également une initiation à la recherche ; ouverture internationale avec l’indispensable séjour à l’étranger de de 3 à 12 mois ; une insertion professionnelle idéale avec 9 ingénieurs sur 10 qui trouve un emploi 1 an après l’obtention de leur diplôme ; un salaire avantageux. Au bout du compte, pour décrocher le diplôme d’ingénieurs, comment s’y prend-on ? Réponses justes-là.