Blog
Post-Bac-reussir-licence
Post Bac | 5 Conseils Clés pour Réussir Sa Première Année de Licence
5 (100%) 1 vote

Post Bac | 5 Conseils Clés pour Réussir Sa Première Année de Licence

Depuis le 22 janvier, la procédure d’admission post bac 2019 a débuté. L’occasion pour les élèves de terminale de formuler leurs vœux de formations jusqu’au 14 mars. Comptez-vous entreprendre de longues études universitaires ? Très bien ! Je partage alors avec vous quelques conseils pour démarrer du bon pied la fameuse première année de licence. Plus vous serez informés, meilleur sera votre orientation post bac.

1 — Se renseigner sur votre avenir post bac dès le début du lycée

Un étudiant qui obtient des résultats satisfaisants en licence était probablement un élève de terminale bien averti. Pas de doute, le « nerf » de l’orientation post bac est l’information.

C‘est dans cette optique que les universités, sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, mettent en place chaque année des semaines de l’orientation à l’attention des lycéens. En quoi consistent-elles ? L’idée est de familiariser le futur étudiant à son nouvel environnement en réalisant une visite du campus. L’opportunité pour lui d’interagir avec des enseignants, de participer à des conférences au sujet des cours dispensés, et de découvrir la bibliothèque universitaire.

Conseil : consulter fréquemment le site Parcoursup pour développer votre projet post bac en ayant des informations sur les différentes universités et leurs cours, les taux de réussite aux examens, gérer correctement la phase complémentaire, etc.

2 — S’organiser pour gagner du temps dans l’enseignement supérieur

Le passage du lycée aux bancs des facultés peut dérouter plus d’un bachelier. Effectivement, il est nécessaire de revoir sa méthode de travail pour avancer à l’université. À la différence des écoles de commerce ou des formations courtes (BTS/DUT), en licence, l’étudiant est moins encadré :

  • les cours magistraux ne sont pas obligatoires, mais les travaux dirigés demandent une présence assidue ;
  • l’emploi du temps est susceptible d’évoluer selon certaines circonstances ;
  • des heures de « permanence » entre les cours peuvent pousser à la « flemme » ou à contrario un moment d’étude en bibliothèque universitaire.

Vous l’aurez compris, tout est question de savoir gérer cette liberté retrouvée : l’autonomieÉtudier régulièrement est l’habitude clé à mettre en place quotidiennement pour un étudiant de licence qui connaît ses objectifs sur le moyen long terme. Gardez à l’esprit que le contrôle continu est davantage adopté à l’université, raison de plus pour apprendre et réviser vos cours par petites doses. À prendre au moins une fois par jour.

3 — Se faire conseiller pour de meilleurs résultats

Tutorat : des étudiants à votre écoute

Rien de mieux qu’un étudiant en master pour accompagner un nouvel arrivant dans ses débuts post bac. L’avantage est qu’il peut apporter une expérience récente de ses trois années passées en licence. Pendant les premiers mois, il soutient et motive à proportion de 2 ou 3 heures par semaines son « protégé ». Les nouveaux étudiants motivés auront ainsi la possibilité de préparer un examen, de revoir un ou plusieurs points de méthodologie, et de comprendre rapidement le fonctionnement de l’université.

L’enseignant-référent

Des questions en relation avec l’orientation ou la pédagogie ? C’est son rôle de vous répondre. l’enseignant-référent identifie les étudiants qui éprouvent des difficultés et assure leur suivi. C’est un interlocuteur de choix qui accueille ceux qui le souhaitent deux fois par semestre.

Le contrat de réussite, c’est quoi ?

C’est un accord pédagogique conclu par l’étudiant avec l’université après son inscription post bac. Son but est de matérialiser par l’écrit le parcours de formation et les dispositions d’accompagnement mises en œuvre pour sa réussite. Ce contrat est intéressant à plus d’un titre, car il prend en compte le profil de l’étudiant :

  • sa situation personnelle (étudiant salarié, situation de handicap, sportif de haut niveau, etc.) ;
  • conditions pédagogiques (durée de réalisation du cursus, système d’évaluation, etc.).

4 — Enrichir son expérience en intégrant une association

Quoi de mieux que de s’investir dans le tissu associatif sur le campus afin de s’intégrer plus facilement à ce nouveau contexte ? Grâce au bureau des étudiants (BDE), vous n’aurez aucun mal à trouver une association dans laquelle vous engager. Le BDE facilite la rencontre d’étudiants dans le cadre d’activités de loisirs et culturelles indépendamment des cours.

Par ailleurs, le fait de participer à des activités associatives est un grand plus sur un CV. Cet engagement permet de développer un réseau qui s’avère fructueux lors de la recherche d’un stage ou d’un emploi. À titre d’exemple, la Junior-Entreprise — très courante au sein des grandes écoles post bac — fait son apparition à l’université. Sa vocation est de prospecter des entreprises pour leur offrir des services payants.

Bon à savoir : Certaines structures universitaires font de l’engagement associatif une partie intégrante des crédits ECTS (système de points développé par l’Union européenne).

5 — Se réorienter en cours de route n’est pas un drame

Passer d’une licence à une autre, c’est possible

Étant donné que les parcours de formation valorisent la pluridisciplinarité au moyen de la diversité de majeures, de mineures, et d’options, cela permet généralement de changer de filière sans trop de difficulté à l’intérieur d’une même université. Cependant, il faut prendre en considération que les domaines d’études échangés doivent être voisins, tel que AES (administration économique et sociale) et droit. Dans le cas contraire, il sera nécessaire d’évaluer votre niveau dans la discipline recherchée.

Rejoindre une autre formation

Vous souhaitez finalement suivre une formation courte post bac ? C’est envisageable. En effet, certains établissements ont signé des conventions qui permettent de rejoindre une STS (section de techniciens supérieurs) ou un DUT (institut universitaire de technologie). Pour ce qui est des écoles spécialisées, il faut mieux s’informer sur les périodes de recrutement et sur la procédure d’admission (ex. sur concours, sur dossier, etc.).

À signaler : les bacheliers de l’année en cours sont prioritaires sur les étudiants qui souhaitent se réorienter.

Vous vous interrogez peut-être sur votre capacité à réussir à l’université. Posez vos questions à des professionnels de l’orientation où que vous soyez en France grâce à Mon Salon Étudiant : 100 % gratuit, 100 % digital, 100 % avec vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *